La Law Society of England and Wales a nominé 

une avocate et quatre avocats égyptiens

détenus dans les prisons égyptiennes

pour le Prix des Droits humains 2020

 décerné par le Conseil des Bureaux Européens (CCBE)

La Law Society a nominé Zyad el-Eleimy, Mohamed el-Baqer, Mahinour el-Masry, Mohamed Ramadan, et Haitham Mohammadein pour le prix. Le jury précise que ces avocats honorent leur profession par leur travail et démontrent leur engagement exceptionnel et leur sacrifice pour la défense des droits fondamentaux. Ils sont tous les cinq actuellement en détention.


Mahinour el-Masri, défenseure inlassable des droits humains, arrêtée en sa qualité d’avocate et en détention provisoire arbitraire depuis le 23 septembre 2019 sous les accusations d’ « appartenance à une organisation illégale » et de « publication de fausses nouvelles ». Les autorités égyptiennes ayant imposé des mesures anti-Covid-19, elle est privée de parloir et sa détention est prolongée de période en période en son absence et sans la présence de son avocat.

 

Zyad el-Eleimy, avocat et ancien député au parlement. Détenu illégalement dans la prison de Tora depuis le mois de juin 2019. Il a depuis été condamné à un an de prison pour ses opinions et à ses activités politiques pacifiques. Il a interjeté appel de sa condamnation, et l’audience d’appel est reportée pour cause d’épidémie. Il demeure en détention provisoire avec accusation de « terrorisme ».

 

Mohamed el-Baqer, défenseur de droits humains et directeur du Centre Adala pour les droits et les libertés. Arrêté le 29 septembre 2019 sur les prémisses du procureur de la sécurité de l’Etat alors qu’il défendait son client Alaa Abdel Fattah. Sa détention provisoire est renouvelée sans qu’il soit présenté à la cour et sans que sa défense soit assurée.

 

Mohamed Ramadan, avocat spécialisé dans la défense des droits humains, arrêté depuis décembre 2018, accusé d’appartenance à « une organisation terroriste » parce qu’il a posté sa photo sur son compte personnel revêtu d’un gilet jaune. Il est en détention provisoire et il a été rapporté qu’il a subi des traitements cruels. Il est condamné arbitrairement dans d’autres affaires dont il a fait appel. Comme les autres détenus il est privé de visites à cause le la pandémie.


Haitham Mohammadein, avocat et militant des droits humains, plusieurs fois arrêté et condamné pour ses activités pacifiques, et sa participation à des protestations dans le cadre de la pratique de ses droits fondamentaux, il est actuellement en détention provisoire depuis le 12 mai 2019 avec renouvellement périodique.

© 2019 by IFEDL

​Find us: 

contact@ifedl.org