Une lettre à Emmanuel Macron concernant les dernières vagues de repression en Egypte

L’Initiative franco-égyptienne pour les Droits et les Libertés a adressé jeudi 26 septembre une lettre au président français Emmanuel Macron, demandant au gouvernement français d'assumer ses responsabilités concernant l'utilisation d’armes françaises pour réprimer des manifestants pacifiques, lors des manifestations du vendredi 20 septembre dans les principales villes égyptiennes.

La correspondante du magazine Le Point au Caire rapporte, à la date du 22 septembre, que « des témoins ont constaté l'utilisation de chars français pour réprimer les manifestations pacifiques exigeant le départ du général Sissi. »

L'initiative affirmait que l'Égypte connaissait la pire répression contre la liberté d'expression et que le régime en place imposait de sévères restrictions aux partis politiques et aux médias indépendants, en plus des graves difficultés sociales et économiques imposées par le plan de réforme économique du gouvernement ce qui mené a la déstabilisation de la région.

L’initiative franco-égyptienne a souligné qu’un suivi et un contrôle plus stricts de l'utilisation des armes françaises, à l’instar de ce qui se fait dans plusieurs autres pays qui vendent des armes à l’Egypte, est indispensable.

L’initiative franco-égyptienne a affirmé que soutenir les dictatures ne favorise pas la stabilité de la région et que le silence de la France sur le dossier des droits de l’homme en fait un partenaire de la répression.

L’initiative franco-égyptienne a réclamé que des pressions sérieuses soient exercées sur le gouvernement égyptien afin qu'il relâche les centaines de femmes et d’hommes détenus arbitrairement, ainsi que les défenseurs des droits humains, les membres de partis d'opposition, les avocats et les journalistes arrêtés ces derniers jours et qu’il leur permette de faire leur travail.

Depuis vendredi 20 septembre, plus de 1909 personnes ont été arrêtées et leur nombre augmente rapidement.

La France doit exiger du gouvernement du général Sissi de libérer les manifestants pacifiques, et de révéler l'emplacement des victimes des disparitions forcées et les relâcher, et de cesser le blocage des médias et de l’internet.

© 2019 by IFEDL

​Find us: 

contact@ifedl.org